Une étudiante fait le parallèle entre l’enseignement français et québécois! (partie 2/2)


[ Étudier ] - Rédigé par
étude enseignement Québec France

Fleur Costedoat

À son arrivée au Campus Notre Dame-de-Foy (CNDF), un établissement d’enseignement collégial, Fleur ne connaissait personne. Elle s’est vite intégrée en raison des classes à effectifs réduits (15 étudiants dans le cours de DEC sciences de la nature). Les élèves de toutes les disciplines sont mélangés seulement pendant les cours de troncs communs. Cependant, il y aura toujours un de ces camarades de classe de sciences naturelles, avec elle.

De plus, le CNDF est un Cegep avec un nombre d’étudiants inférieurs à bon nombre d’autres établissements d’enseignement collégial de la région, il y est plus aisé de créer une relation de proximité entre les élèves et les professeurs. Il règne donc une certaine convivialité qui facilite la communication. La plupart sont même amis sur Facebook…Un outil privilégié par le Campus pour améliorer les échanges profs/élèves.

Les classes sont organisées par niveau et chaque cours est enseigné par un professeur. Cette approche, Fleur la vivait déjà au collège Stanislas et elle voulait un Cégep qui lui offre des conditions d’enseignement et de vie étudiants similaires que ce soit en termes de relations avec les professeurs élèves ou d’ambiance générale. Une bonne façon de commencer ses études supérieures.

Au Cégep, l’autonomie est primordiale. En effet, les enseignants ne donnent pas nécessairement de devoirs à faire. Ce sont aux élèves de déterminer leur propre travail. Ils font leurs exercices pour progresser, avoir de bons résultats et réussir. Deux éléments clefs sont fondamentaux à respecter pour les étudiants qui souhaitent passer le Bac français et DEC québécois: être autonomie et savoir gérer son temps, .

Ce programme de Cégep est considéré comme général et donc ouvre de nombreuses portes aux étudiants. Cela leur laisse le temps de décider d’une orientation future, ce qui n’est pas toujours évident après l’école secondaire. L’élève peut donc choisir la formation universitaire qui correspond le mieux à ses aspirations (si bien entendu la fameuse cote R obtenue en fin de cycle est suffisante pour intégrer le programme choisi).
Mais la cote R qu’est-ce que c’est ? À l’université, chaque discipline demande une cote R plus ou moins élevée. Cela correspond au classement et aux performances scolaires de l’élève. Plus la formation est difficile (ex : les formations en santé) et plus la cote R doit être élevée. Cette évaluation est remis aux étudiants à chaque fin de session.

Au début, Fleur voulait entrée en médecine mais sa cote R était légèrement trop faible pour ce cursus. Elle n’a donc pas été admise et à finalement  opté pour étudier l’animation 2D et 3D dans le cinéma à l’Université.

Vous avez manqué le premier article ? Lisez le dès maintenant!

Pour répondre à toutes vos interrogations sur l’enseignement au Québec, découvrez le témoignage d’un prof français qui enseigne ici!

Haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Derniers articles du blogue