Portrait des immigrants Français au Québec


[ Découvrir le Québec ] - Rédigé par

france quebec immigration affairesOn estime qu’il y aurait 150 000 Français vivant au Canada et quelque 120 000 au Québec actuellement. Ils sont étudiants, travailleurs temporaires ou immigrants permanents. Voici comment ils se répartissent.

Les immigrants permanents

Le résident permanent est une personne qui a obtenu des autorités fédérales le droit de s’établir de façon permanente sur le territoire canadien.

Le volume des admissions permanentes au Québec d’immigrants dont le pays de dernière résidence est la France s’élève à un peu plus de 30 000 personnes de 2009 à 2013, soit une moyenne annuelle de 6 188 nouveaux arrivants. Parmi eux, on retrouve une moyenne annuelle de 4 822 nouveaux arrivants actifs.

Ces nouveaux arrivants de France sont en grande majorité jeunes : plus des trois quarts ont moins de 35 ans et 57 % sont des hommes pour 43 de femmes.

Leur niveau de scolarité est généralement élevé: plus d’une personne sur deux détient un très haut niveau de scolarité (17 années et plus). Plus de 90 % sont des travailleurs qualifiés et seulement 1,5 % sont des gens d’affaires.

La région administrative de Montréal est le principal pôle d’attraction de ces nouveaux arrivants. Ils étaient près de 70 % en provenance de la France, au moment de leur admission entre 2009 et 2013, a envisager de s’y établir . La Capitale-Nationale (région de Québec) occupe le deuxième rang des régions de destination avec environ 10 % des admissions, suivie de la Montérégie (6,7 %).

Nota : Les catégories professionnelles les plus souvent mentionnées par les nouveaux arrivants de France sont les sciences naturelles et appliquées (21 %), des affaires, de la finance et de l’administration (15 %), des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion (13,5 %), la vente et des services (9 %).

Les étudiants

 

fille_velo

On comptait en 2013, plus de 32 500 étudiants étrangers. Parmi eux, près de 8 700 ressortissants français étudiaient en 1er cycle, 2 600 au 2ième cycle et 1170 au 3ième cycle soit un total de 12 495 étudiants français inscrits dans une université selon le Ministère de l’Éducation (MESRS) Les étudiants français représentent donc 38% de tous les étudiants étrangers présents au Québec.

La France a toujours occupé une place particulièrement importante puisqu’elle constituait le premier contingent d’étudiants étrangers. Cette mobilité a reflèté les liens étroits et historiques tissés de longue date entre les universitaires de France et du Québec.

Depuis 1978, un accord de réciprocité permettait aux étudiants français et québécois d’étudier dans n’importe quelle université de France et du Québec, en payant le même tarif que les étudiants locaux. Ce chiffre a sûrement connu une baisse depuis, avec la hausse à l’automne dernier des droits de scolarité (qui ont été multipliés par 3 pour les étudiants français).

Les Travailleurs temporaires admis au Québec

Un résident temporaire est un ressortissant étranger qui est autorisé à être présent sur le territoire pour une période limitée et doit quitter le territoire à l’expiration de son statut (à moins que ce statut soit prolongé ou qu’il acquière un autre statut).

37 382 résidents temporaires ont été admis en 2013 dont 15 450 personnes rien que pour la France (8,1 % ont exprimé l’intention d’occuper un emploi dans une profession ou un métier réglementé). Les principaux secteurs d’activité des professions régies par un ordre professionnel étant le génie, de l’aménagement et des sciences (52 %), suivi du secteur de la santé et des relations humaines (39 %) et enfin le droit, l’administration et les affaires (8,5 %). Dans les métiers réglementés, l’enseignement vient en tête de liste (60 %), suivi, par ordre d’importance, de l’assurance et des valeurs mobilières (18 %), des métiers de la construction (17 %) .

immigration france quebecPlus de neuf travailleurs temporaires sur dix en provenance de France obtiennent annuellement leur permis de travail sans avis relatif au marché du travail. Ces cas de dispense s’expliquent principalement par le nombre très élevé de permis dans le cadre du programme « Emploi réciproque – Expérience internationale Canada » anciennement appelé « Programme vacances-travail » pour les jeunes, les fameux PVT.

 * Source : Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France
2009-2013 du Ministère de l’immigration de la diversité et de l’inclusion (MIDI).

Haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Derniers articles du blogue