Québec: Golf et affaires font la paire.


[ Culture québécoise ] - Rédigé par

golf affaires entrepreneur quebecSavez-vous qu’il est difficile de trouver des chefs d’entreprises québécoises dans leur bureau le vendredi soir ? Savez-vous où les trouver ? Pas d’idée ?

Et savez-vous sinon que réaliser des affaires en entreprise représente un risque ? Notamment si vous ne savez pas jouer au golf

En effet, en plus du risque de vous luxer une épaule, vous risquez de perdre un ou plusieurs contrats le temps d’une seule partie ! Et c’est bien ce que font nos chefs d’entreprises le vendredi, ils travaillent leurs swings en compagnie de leurs clients !

Comment cela est-il possible ?

Il s’avère que réaliser des affaires au Québec, comme partout, passe par des moments d’échanges et d’apprentissage de notre clientèle. Réaliser des affaires au Québec passe donc par des activités où l’on découvre notre client d’une façon plus conviviale, dans la bonne humeur et dans un contexte où la simplicité est de mise et où on « croise les fers » en toute amitié. C’est particulièrement le cas dans la période de mai à octobre, où les terrains Québécois sont prêts à accueillir joueurs expérimentés ou débutants, qui viennent fouler les verts (on dirait « Green » en Europe) pour bâtir des relations durables dans un cadre bucolique. Par ce biais moins formel que lors d’une rencontre au bureau, la négociation se transforme peu à peu, en un rendez-vous alliant l’utile à l’agréable.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous pouvons constater que grand nombre d’hommes d’affaires reconnus évoluent sur un green, et améliorent leur statut au fil du parcours. Prenez l’exemple de Franck Riboud, le PDG de Danone ou encore de Paul Fireman, l’ancien patron de Reebok, ils se sont découvert un talent pour le golf au moment opportun !

Concernant Québec, plus qu’une envie de réaliser des affaires, il s’agit de succéder à une tradition. Il est vrai que le Québec est un des berceaux du golf. Immigrant de l’Europe en direction du Canada, les Ecossais ont permis la création de cette histoire, en emmenant à travers l’Atlantique, les règles abstraites du golf, ou plutôt, du Colf. Ce dernier, conçu par les Hollandais en 1297 et transporté, au début du 15e siècle, du côté britannique par leurs admirateurs Ecossais, est à l’origine de ce sport que les entrepreneurs affectionnent particulièrement de nos jours.

C’est dans l’actuel Montréal que s’est jouée en 1826 la première partie de golf enregistrée en Amérique du Nord. C’est aussi à Montréal que le premier club de golf a vu le jour en Amérique en 1873, le Royal Montreal Golf Club. Puis en 1875, le Royal Quebec Golf Club naît suivit du Toronto Golf Club en 1881, et du Royal Ottawa 10 ans plus tard.

Le golf a ainsi poursuivit son expansion sur le territoire nord-américain, et c’est pourquoi il est aujourd’hui si populaire dans la Belle Province.

Alors si vous êtes entrepreneurs, ou simplement en recherche de bonnes affaires, ne faites pas l’impasse sur un bon 18 trous, et mettez-vous au swing ! Puis prenez le temps de méditer sur cette belle figure de style du célèbre comique américain Jerry Lewis :

Le businessman américain est un monsieur qui, toute la matinée, parle de golf à son bureau et qui, le reste de la journée, discute affaires sur le terrain de golf 

Source :

Radio canada

A propos de l’auteur:

Lilia SpenleLilia Spenle

Stagiaire – chargée de communication et animatrice réseaux

Haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Derniers articles du blogue